10/11/2004

Plaisir de lire.

 
- Vous êtes couchée dans cette grande chambre très calme, vous les entendez. Il règne dans cette chambre un désordre fortuit qui ne vous est pas particulier. Vous y étiez couchée, vous l'étiez.
 
Anne Desbaresdes se rétracta et, comme à son habitude parfois, s'alanguit. Sa voix la quitta. Le tremblement des mains recommença un peu.
 
- Ce boulevard va être prolongé au-delà des dunes, dit-elle, on parle d'un projet prochain.
- Vous y étiez couchée. Personne ne le savait. Dans dix minutes, ça va être la fin du travail.
- Je le savais, dit Anne Desbaresdes, et...ces dernières années, à quelque heure que ce soit, je savais toujours, toujours...
- Endormie ou réveillée, dans une tenue décente ou non, on passait outre à votre existence.
 
Marguerite Duras, "Moderato Cantabile".

13:58 Écrit par Ana | Lien permanent | Commentaires (1) |  Facebook |

Commentaires

... duras mon amour

Écrit par : cbj | 10/11/2004

Les commentaires sont fermés.